« Les Enfants loups, Ame & Yuki » T1 par Yû

Avant d’être un manga, « Les Enfants loups, Ame & Yuki » est un film de long-métrage de Mamoru Hosoda. Il a eu un énorme succès au Japon, mais aussi en France. Salué par la critique (1), ce conte moderne a su toucher les plus jeunes par son ton joyeux et enchanteur. Mais également les adultes grâce à la ténacité de cette mère qui a choisi sa vie et s’y tient, même dans l’adversité. Il met en avant des valeurs familiales et d’acceptation de l’étranger ou des différences culturelles et physiques. On ne peut qu’être touché par le courage et la force de Hana face aux épreuves qu’elle rencontre. Elle est jeune et commence sa vie d’adulte avec ses deux enfants sans y être préparée. Sans mari, sans famille, rejetée par les habitants de la ville, elle est obligée de tout apprendre par elle-même. Elle s’y emploiera à plein temps et surtout sans faiblir. On est également touché en voyant grandir ces deux enfants, si différents l’un de l’autre. Différents des autres, leurs capacités à se métamorphoser en loup peut leur apporter beaucoup de choses positives, mais aussi incompréhension et rejet d’autres personnes. Pourtant, le film comme le manga n’est pas une plaidoirie pour une quelconque cause, c’est un simple reflet de la vie actuel avec une dose de féerie.
Ce manga, dessiné par Yû, suit l’histoire du film. Néanmoins, l’auteur(e) a dû s’inspirer du script et ne s’est pas contentée de suivre bêtement ce qui avait été fait en animation. Certaines scènes sont plus détaillées, d’autres plus évasives. Dès le début, lorsque Hana, la future mère de Ame et Yuki, pense à ce jeune homme qu’elle vient de rencontrer, elle se perd dans ses rêveries et se questionne sur ce qu’il fait ou aime. Dans le manga, c’est explicite, grâce à des bulles de questionnement, alors que dans l’animé, c’est juste suggéré, sans aucun dialogue. En revanche, certains passages sont oubliés, notamment la signification des prénoms des deux enfants Ame (pluie) et Yuki (Neige). L’animé explique bien qu’il se nomme de cette manière à cause des conditions climatiques du jour de leur naissance, tout comme leur mère porte le nom de Hana, en rapport avec le parterre de fleurs présent dans le jardin.
Du coup, les fans du film peuvent redécouvrir cette oeuvre grâce à la lecture de cette série. Ils auront un nouveau point de vue sur certains faits qui leur avaient peut-être échappé, tout en restant dans un univers connu. Le rythme est indéniablement différent.
Le design original des personnages est de Yoshiyuki Sadamaoto, l’un des plus grands designers de sa génération. Il est extrêmement connu pour sa série « Evangelion», mais aussi « Nadia ou le secret de l’eau bleue », série diffusée dans les années 1990 sur la cinquième chaîne. C’est déjà lui qui avait créé les protagonistes des précédents films de Mamoru Hosoda « La Traversée du temps » et « Summer Wars ». Ses personnages sont longilignes, et son trait est un mélange de courbes et d’angles qui suggère parfaitement chaque personnalité. Yû a, pour sa part, un dessin beaucoup plus en rondeur et son trait est plus ouvert, car elle n’a pas les contraintes liées à l’animation. Néanmoins, le néophyte ne verra pas de différence flagrante entre les deux œuvres, même si le manga est beaucoup plus classique. Afin de ne pas perturber la lisibilité des scènes, il y a peu de décors. Certaines cases ont juste un fond esquissé afin d’obtenir un positionnement dans l’espace ; d’autres sont vides de fond et se focalisent sur les humains. L’autre caractéristique du dessin de Yû est son utilisation de la technique du grattage de trame. Les effets de lumières, de mouvement ou d’émotion sont obtenus par cette technique ou avec des aplats de noir. C’est très beau et offre une vie et une dimension supplémentaire au dessin.

Si certaines pages sont vides de décor, d'autres mettent extrêmement bien en valeur l'environnement avec beaucoup de détails et de minutie.


De ce manga, on retiendra avant tout une narration assez différente du film qu’il adapte. Il apporte une fraîcheur supplémentaire à l’histoire sans jamais la dénaturer. Ce premier tome se conclut juste après que Hanna ait décidé de déménager à la campagne avec ses enfants. Le second volume se concentrera sur l’évolution des enfants, afin de conclure cette histoire et laisser libre cours à l’imagination du lecteur pour la suite.
Pour ce titre, Kaze a fait les choses en grand puisque sont prévus, simultanément (le 5 juin 2013), la sortie du film en DVD et BlueRay, mais également le manga suscité et un roman adaptant le film.

De gauche à droite : Le BlueRay, le DVD, le roman et le manga.


Gwenaël JACQUET
« Les Enfants loups, Ame & Yuki » T1 par Yû
Éditions Kaze Manga (13,29 €) – ISBN : 9782820306715
(1) Le film a obtenu la « mention spéciale du jury » en 2007 au Festival international du Film d’Animation d’Annecy et a été élu « film d’animation de l’année » au Tokyo Anim Fair de la même année.

About Author /

2 Comments

  • duvernoy
    8 ans ago Reply

    j’ai adoré ce manga et le film d animation. Et j’espère qu il y aura une suite…

  • Saya974
    7 ans ago Reply

    J’aime beaucoup, j’espère beaucoup une suite car ils ne sont pas encors adultes les enfants 😀
    J’espère que le petit Ame se trouvera une copine 😛 et j’encourage Yuki dans sa vie !

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Start typing and press Enter to search