« La Nouvelle Île au Trésor » par Osamu Tezuka

Autoportrait d'Osamu Tezuka réalisé en 1941, il avait alors 13 ans.

Avant sa mort, Tezuka était déjà un dieu vivant au Japon. À son décès, le 9 février 1989, il devient, en plus, celui qui a révolutionné la bande dessinée japonaise aux yeux du monde entier. Ainsi, au lendemain de sa mort, le journal Asahi expliquait dans son éditorial que la raison principale pour laquelle les bandes dessinées étaient tellement plus populaires au Japon que dans les autres pays était que le Japon avait eu Osamu Tezuka : « Sans le Dr Tezuka, l’explosion de la BD après guerre au Japon aurait été inconcevable » (2).

« Fuku Chan »

Si cette citation fut traduite dans le monde entier et repris par les spécialistes de la bande dessinée, maintes et maintes fois, elle le fut souvent d’une mauvaise manière. En effet, il n’est nullement dit que Tezuka a inventé le manga comme beaucoup d’historiens persistent à le croire. Tezuka est arrivé au bon moment et a transcendé un genre de narration balbutiant.

« Norakuro » le chien noir errant, enrôlé dans l’armée impériale sous les ordres d’un bouledogue, dessiné par Tagawa Suihô dans l’entre-deux guerre.

Mais la guerre étant passée par là, la plupart des jeunes qui s’intéressaient à la bande dessinée dans les années 1940, et les suivantes, ne pouvaient garder comme référence que celles auxquelles ils ont eu accès : c’est donc le travail de Tezuka qui, après-guerre, a servi de maître étalon. Les jeunes auteurs en devenir ont reçu les premières créations du maître comme une claque, tellement elles étaient différentes de celles de ses contemporains.Pour sa part, Tezuka (né le 3 novembre 1928) a passé son enfance à visionner des films de Walt Disney ou des frères Fleisher, ainsi qu’à lire des mangas tels que « Norakuro » de Suhihô Tagawa et « Fuku-Chan » par Ryûichi Yokoyama. Si « Fuku-Chan » était un manga exclusivement humoristique, proposé généralement en 4 cases, on peut considérer que « Norakuro » empruntait déjà quelques techniques narratives au cinéma naissant. Le père de Tezuka, grand admirateur de nouvelles technologies (pour l’époque) s’offrit même le luxe d’avoir chez lui un projecteur cinématographique. Il était le seul de toute la ville de Takarazuka à posséder ce genre d’équipement extrêmement rare et coûteux. Mais cette opportunité permit à son jeune fils de s’abreuver de films, souvent occidentaux.

Un des livres de « Norakuro » que possédait Osamu Tezuka. Dans la marge du haut, on peut remarquer le croquis de deux personnages qu’il a lui-même réalisé.


Dans ses cahiers, Osamu Tezuka commence dès l’âge de 9 ans à réaliser ses propres mangas comme le montre cet exemple des aventures de « Pin-Pin Sei-Chan ».

Durant son enfance, Tezuka commençait déjà à dessiner dans les marges de ses revues illustrées ou de ses cahiers d’école. Ce qui ne plaisait pas forcément à ses professeurs, mais ne semblait pas déranger ses parents qui l’ont laissé organiser sa vie et ses passions a sa guise. Lorsque la guerre contre la Chine arrive en 1937, le pays se repli sur lui-même et les périodiques devinrent rares, avant de purement et simplement disparaître. Tout comme les Akahons, ces livres à la couverture rouge imprimés sur du papier de très mauvaise qualité, mais très bon marché, qui publient des mangas locaux et qui seront interdits en 1938, car « nuisibles à la jeunesse ». Seule la revue Manga subsiste durant cette période. Mais il est difficile de se la procurer et seuls les auteurs agréés par le gouvernement peuvent s’y exprimer. Certains dessinateurs reconnus sont même envoyés au front, en tant que journalistes de guerre ou assignés à réaliser des BD de propagandes ; ce qui fut le cas de Ryûichi Yokoyama, le créateur de « Fuku-Chan ».

En 1942, Tezuka fit partager sa passion du dessin et des insectes en publiant son premier recueil d’illustrations sous le titre « Le Monde des animaux » dans le cadre de ses activités de collégien. Durant sa scolarité, il a ainsi réalisé quatre recueils du « Monde des animaux » et deux de « L’Encyclopédie en couleurs des coléoptères ». Un travail remarquable pour un enfant de seulement 15 ans.


En 1945, Tezuka se lance dans la réalisation d’une BD personnelle : « L’Homme fantôme ». C’est une des toutes premières apparitions de Higeoyaji, personnage récurrent de presque tous les autres mangas qu’il réalisera. Osamu Tezuka s’est ainsi créé une galerie de personnages qu’il utilise comme des acteurs jouant un rôle différent dans chaque histoire qu’il met en scène.


« Mâ-Chan », la première création publiée à grande échelle de Tezuka. Ce dessin est celui de la couverture du recueil de l’intégrale des mangas du maître publié à la fin des années 1980. Ce n’est donc pas un dessin d’époque, mais une réinterprétation contemporaine.

La guerre contre la Chine, ainsi que la Seconde Guerre mondiale passée, Osamu Tezuka se remet aux études. Il choisit de faire carrière dans la médecine. Ce qui l’aidera indéniablement pour l’anatomie et exacerbera ses idées pacifistes. Il ne perd pourtant pas de vue sa passion pour l’image. Son désir de dessiner est si grand qu’il réussit à se faire publier dans le journal des écoliers de l’agence de presse Mainichi. Sa voisine, employée du groupe, le recommande pour réaliser des strips mettant en scène Mâ-Chan, un petit garçon en phase avec son époque.

Dasn ce strip de « Mâ-Chan », le garçonnet décide que son poisson rouge mérite plus d’espace. Malheureusement, l’eau chaude ne lui a pas réussi.

Pour cette première publication, le jeune Osamu doit mentir sur son âge. Né en 1928, il prétend être né deux ans plus tôt afin d’avoir vingt ans, âge légal de la majorité au Japon à ce moment-là. Son contrat initial d’un mois fut rapidement reconduit durant trois mois.

La popularité de « Ma-Chan » est telle qu’un pantin de bois a même été vendu à son effigie. C’est le premier d’une longue lignée de produits dérivés des œuvres de Tezuka. Malheureusement, comme rien n’était indiqué dans son contrat concernant ce jouet, il n’en tira aucun bénéfice à part une grande satisfaction personnelle.

Diffusé quotidiennement dans les pages du Shokokumin Shinbun (Le Journal des écoliers), à partir du 4 janvier 1946 et jusqu’au 31 mars de la même année, « Le Journal de Mâ-chan » raconte les aventures d’un jeune garçon aventureux et espiègle. Ce sont juste des séries d’anecdotes sans lien entre elles, outre le fait que les deux protagonistes, Mâ-chan et Ton-chan, reviennent régulièrement pour se disputer, la plupart du temps. Avec ces strips verticaux humoristiques de trois ou quatre cases, on sent déjà que Osamu Tezuka a un sens de la narration bien développé, ainsi qu’un sens de l’espace et de la mise en image de gags simples. Il fourmille d’idées et arrive vite à placer d’autres titres dans les journaux concurrents lorsque son contrat se termine.

Toutes ces créations seraient restées inconnues si le professeur japonais, Takeshi Tanikawa n’avait pas fourré son nez dans les archives du professeur Gordon W. Prangue. Historien officiel des forces d’occupation, il a ramené au Japon de nombreux documents imprimés entre 1945 et 1952. Il découvre, entre autres, cinq titres jusque-là inconnus de Tezuka. Ces trouvailles, ainsi que plein d’autres anecdotes intéressantes sur la carrière de ce dernier sont aujourd’hui facilement consultables grâce au livre de Hélène McCarty : « Osamu Tezuka, le dieu du manga ».

Quelques un des travaux « retrouvés » de Tezuka.


Fac-similé de la couverture originale de l’akahon de « Shintakarajima ». Cette illustration fut réalisée par son éditeur, Ikuei Shuppan et non par Tezuka lui-même. La réédition de 1984 sera bien illustrée par Osamu Tezuka, mais restera inspirée par ce dessin de l’époque.


Osamu Tezuka à son entrée à la faculté de médecine en 1946

C’est en 1947 que sort le fameux Akahon de « La Nouvelle Île au trésor » : première version de ce livre imprimé, selon le procédé des plaques gravées. À cette époque, afin de réduire les coûts, l’impression était réalisée à l’aide de plaques de zinc sur lesquelles les mangas étaient gravés, en décalquant à la main les dessins originaux. Du coup, le trait était forcément différent de l’original et, surtout, il était épuré pour faciliter cette tâche somme toute ingrate. Comme plusieurs sociétés de gravure avaient pignon sur rue, le dessin pouvait changer du tout au tout en fonction de l’entreprise qui réalisait le travail. Des années plus tard, l’auteur d’« Albator », Leiji Matsumoto avouera même qu’il pensait qu’Osamu Tezuka pouvait être un groupement de personnes, celui-ci étant si productif et surtout avec des styles tellement différents. Très populaire dans la région du Kansai (3), les œuvres de Tezuka n’arrivent pas encore jusqu’à Tokyo, mais sa popularité est telle qu’il commence déjà à s’y faire connaître par le bouche-à-oreille. Cette petite notoriété lui ouvrira quelques portes, lorsqu’il voudra percer nationalement.

Pages d’introduction de « La Nouvelle Île au trésor » dans sa version de 1947 et celle de 1984.

Mais revenons à « La Nouvelle Île au trésor ». Pour la première fois, Tezuka travaille selon les directives d’un éditeur, lequel lui commande une histoire complète. Il doit suivre une trame imaginée par Ikuei Shuppan qui voit en ce jeune auteur un grand potentiel. Très déçu du résultat, il se lancera, en 1984, dans une opération titanesque : redessiner ses premières œuvres telles qu’il les aurait lui-même imaginées et mises en scène. Ikuei Shuppan, plus âgé que son dessinateur et qui a, surtout, une plus grande expérience dans l’édition remontera, corrigera, coupera certaines planches ou scènes entières afin de réaliser « La Nouvelle Île au trésor » tel que cet éditeur se l’imaginait. C’est pourquoi l’éditeur Isan Manga précise bien que la version française publiée aujourd’hui correspond à cette version remaniée par Tezuka en 1984 et non à l’original de l’époque. Elle est forcément différente et peut être plus aboutie, du moins au niveau graphique. À l’instar d’Hergé qui redessina ses premiers travaux, c’est cette version réécrite que Tezuka voulait laisser à la postérité.

Réédition de « Shintakarajima » en 2009 dans la collection de l’éditeur Kodansha rassemblant l’intégrale des œuvres de Tezuka en 400 volumes.

C’est également cette version que la plupart des Japonais connaissent.

C’est elle aussi qui est malheureusement souvent citée en exemple du caractère innovant de la mise en page, de l’action de manière très cinématographique, chez Tezuka. Or, si la version de 1947 est extrêmement novatrice et aboutie pour l’époque, elle n’utilise quand même pas tous les ressorts dramatiques mis en place dans celle qui sera redessinée trente-sept ans après. Il suffit de comparer les scènes d’introduction. En 1946, Tezuka utilise des changements de plans situant le véhicule dans l’espace, alors qu’en 1984, il prend le parti de zoomer sur son personnage afin de renforcer l’effet de vitesse. Pourtant, à l’époque, ce récit fait déjà un effet certain sur ses lecteurs. L’ouvrage sera tiré à quatre cent mille exemplaires. Sans compter toutes les versions pirates et autres éditions parallèles faisant fi du droit d’auteur : une pratique courante dans le Japon de l’après-guerre.

« La Nouvelle Île au trésor » version 1947 et 1984.

La première version que Tezuka dessine selon le synopsis d’Ikuei Shuppan comporte deux cent cinquante pages de trois cases disposées verticalement. En 1984, la différence la plus flagrante est le passage à 4 cases disposées verticalement. Sur ces 250 pages, seules 190 furent finalement publiées après remodelage par l’éditeur. Du coup, ce passage à 4 cases permet à cette nouvelle version de retrouver certains passages, sans en augmenter la pagination. Comme je l’ai souligné en introduction, une grande analyse sur ce procédé de récupération, ainsi que sur la création des deux versions, est brillamment expliquée en postface de l’édition française : un travail d’historien fort louable qui permet de mieux comprendre l’édition japonaise de l’époque.

Tezuka tel qu'il avait l’habitude de se mettre en scène dans ses œuvres les plus récentes.

Ainsi, commence la carrière d’Osamu Tezuka, le créateur de mangas qui a le plus influencé les générations suivantes d’auteurs japonais. Lorsqu’il remportera le Inkpot Award for Comic Book Excelence à la convention de comics de San Diego en 2008, Tite Kubo, le créateur de la série « Bleach » déclarera que c’était pour lui un honneur de recevoir ce prix, car Osamu Tezuka l’avait également reçu en 1980. Aujourd’hui, l’héritage de Tezuka repose sur des créateurs comme lui et il continuera à être le dieu du manga, tant que des jeunes auteurs se diront avoir été influencés par son travail.

« La Nouvelle Île au Trésor » par Osamu Tezuka
Éditions Isan Manga (18 €) — ISBN : 978-2-36768-006-4


Ken'ichi, le jeune héros de « La Nouvelle Île au trésor » fera quelques apparitions dans les mangas de Tezuka ; comme ici, en compagnie d’Astro le petit robot dans la série « Atom Cat».


Yonkoma de Ton-Chan, le camarade espiègle de Mâ-Chan dans sa propre série.

(1) Yon Koma ou 4 koma : histoires en quatre cases disposées verticalement et souvent humoristiques. Déroutant pour un Occidental, le déroulement répond toujours aux mêmes règles narratives : le Kishôtenketsu ; soit quatre phases bien établies se répétant strips après strips. Première case, kiku : l’introduction. Seconde case, shôku : le développement. Troisième case, tenku : l’événement. Quatrième case, kekku : la conclusion comprenant la phrase censée faire sourire, du moins les Japonais qui, eux, sont habitués à ce genre d’humour.

(2) Citation tirée du livre « Osamu Tezuka, le dieu du manga » d’Helene McCarthy, traduit en français par Jean-Paul Jennequin aux éditions Eyrolles.

(3) Le Kansai est la région où résidait Tezuka et comprend Osaka, Kyoto et, bien évidemment, Takarazuka, la ville qui l’a vue grandir.

About Author /

3 Comments

  • BARRE Pascal
    7 ans ago Reply

    Remarquable article, passionnant avec cette formidable anecdote sur Matsumoto qui pensait que Tezuka était un atelier d’auteurs(!) ce qui en dit long sur la productivité du gars!
    Une sorte de Balzac et d’Hugo du manga à qui on ne peut que tirer son.. béret!

  • philippe capart
    7 ans ago Reply

    Il est regrettable que la première version ne soit pas proposée dans son intégralité. Je pense que cela serait un plus grand service culturel que la version retravaillée, policée des années 80. Hergé a accepté que ses vielles bandes soient publiées dans leur jus initial et cela renforce son œuvre plutôt que cela ne la déforce. Si un internaute désire compléter ce déjà très riche article sur La Nouvelle île aux trésors, consultez les écrits de Ryan Holmberg sur le site « The Comics Journal ».

  • Roberto del Corazõn
    7 ans ago Reply

    Bien d’accord avec Philippe Capart ; indépendamment du regard de l’auteur sur son propre travail, cette œuvre est avant tout un témoignage patrimonial et devrait être présentée comme tel. Certes, la première version a été desservie par les procédés d’impression et les coupes de l’éditeur ; mais c’est aussi celle que des dizaines de milliers de lecteurs ont connu à l’époque et qui a lancé la carrière de Tezuka. On ne réécrit pas l’histoire, quand bien même il s’agit de son propre travail… Attention, je ne dis pas que la version d’origine devrait se substituer à celle revisitée plus tard par Tezuka ; c’était son droit le plus strict, et les fac-similés noir & blanc de Tintin n’ont jamais remplacé les versions modernes. Simplement une plus grande disponibilité de la première version aiderait à mieux comprendre le cheminement de Tezuka et éviterait des confusions comme celle de la séquence d’introduction (hélas trop répandue dans nombre d’encyclopédies du manga). Son trait de 1984 était fort différent de celui de 1947, son approche de la bd / la narration également ; aussi louable ai été son intention, le résultat est biaisé. Je crois bien qu’un fac-similé est sorti récemment au Japon, ça n’a donc rien d’impossible – j’appelle de mes vœux une édition occidentale, à l’instar du Mysterious Underground Men paru aux États-Unis chez Picture Box. Ceci dit, je salue déjà l’effort de ce jeune éditeur (qui par ailleurs a sans doute du se plier aux exigences de Tezuka prod.)

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Start typing and press Enter to search