« Les Gardiens du Louvre » par Jirō Taniguchi

Pour s’acquitter au mieux de sa mission, l’auteur de « Quartier lointain » y dépêche son double : « L’Homme qui marche » qui, après avoir participé à un salon de bandes dessinées à Barcelone, s’accorde une halte en France pour visiter Paris et cette fameuse institution. Seulement voilà, en proie à un gros rhume et étouffé par la foule, le touriste japonais va vite mélanger rêves et réalité, comme transporté dans une autre dimension, dans d’autres espaces et dans d’autres temps.

Guidé par l’apparition de la Victoire de Samothrace, sorte d’œuvre d’art en chair et en os transformée en gardienne du lieu, il déambule dans un Louvre devenu soudainement désert (il n’y a même plus personne pour contempler le sourire de Monna Lisa…), rencontrant plusieurs figures marquantes et fantomatiques de l’ancienne résidence des rois de France.

S’appuyant sur son admiration pour Corot, dont les œuvres ont été connues relativement tôt au Japon, ou celle d’Asai Chū, peintre nippon formé à l’école occidentale, en passant par l’évocation des tableaux accrochés dans la modeste chambre Van Gogh à Auvers-sur-Oise ou de la mise à l’abri des œuvres avant l’invasion allemande de 1940 par le directeur des Musées nationaux de l’époque Jacques Jaujard, le fiévreux visiteur nous permet une exploration onirique du Louvre, toute en couleurs directes…

Mais aussi une intéressante réflexion sur la vie, l’art et l’amour.

Gilles RATIER
« Les Gardiens du Louvre » par Jirō Taniguchi
Éditions Futuropolis/Louvre éditions (20 €) – ISBN : 978-2-7548-1015-9
 

About Author /

2 Comments

  • Elise Rouyer
    7 ans ago Reply

    Bonjour Gilles
    merci pour cette chronique! Juste une petite précision, « Les Gardiens du Louvre » n’est pas le premier manga publié dans la collection du Louvre, il y a eu en 2010 « Rohan au Louvre », de Hirohiko Araki (l’auteur de JoJo’s Bizarre Adventure), également publié en sens de lecture japonais.
    A bientôt!

    • Gilles Ratier
      7 ans ago Reply

      Oulah, oui, merci Élise, je corrige tout de suite. Mince alors, moi qui croyais être parfait ! (rires)…

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Start typing and press Enter to search