« Innocent » T1 par Shin’ichi Sakamoto

Sakamoto est un auteur extrêmement réputé en France. Son best-seller, « Ascension », a marqué les lecteurs de mangas aussi bien par sa narration, que par son graphisme et surtout la psychologie de ses protagonistes. Ici aussi, nous avons un personnage haut en couleur qui, promis à une belle carrière d’exécuteur, se sent épris de justice et de dégoût envers la mort. Ce qui pose problème a ses parents, notamment. Personnage fascinant à la personnalité trouble, Charles-Henri Sanson a pourtant bel et bien existé. Il fait partie de notre patrimoine culturel hexagonal. Étrangement, c’est au Japon qu’il renaît en manga, sous les traits inattendus d’un éphèbe.

Les Sanson sont bourreaux de père en fils et leur lignée est détesté par la populace qui prédit malheur à celui qui croisera leur route. C’est dans cette ambiance que le jeune Charles est contraint de quitter son école où les autres élèves le traitent en paria. Très vite, le lecteur comprend qu’il refuse la charge d’être un bourreau. Pourtant sa destinée est inéluctable et il devra rapidement faire face à son destin. Son père, affaibli physiquement ne pouvant plus accéder aux demandes d’exécution. Mais sa noblesse de coeur est-elle compatible avec un travail aussi ingrat ?

Il est intéressant de voir le traitement que Sakamoto apporte à cette histoire très librement inspirée de faits réels. Dès la première page, le lecteur connaît la destinée de cet « innocent ». Il va être celui qui devra décapiter le roi Louis XVI. La narration se focalise donc sur le cheminement psychologique qui a emmené ce jeune homme délicat et sensible vers ce funeste travail. En France, nous sommes à ce moment-là en pleine renaissance. Cela signifie une vie d’opulence pour les nobles et malheureusement misérable pour les gueux. Ces excès sont dépeints à merveille. Les personnages sont présentés de manière caricaturale, tout en paraissant tellement réalistes. Au final, on ne sait plus vraiment ce qui est un fait réel ou inventé pour les besoins de la comédie.

Basé sur le livre « les Sanson, exécuteurs de père en fils » de Masakazu Adatchi, ce manga regorge d’anecdotes apparemment véridiques. Magnifiquement mis en images, les jardins comme les bâtiments ou les habits ont indéniablement fait l’objet de vraies recherches historiques. Ce qu’attestent les nombreuses pointures japonaises en matière d’Histoire française qui sont remerciées à la fin de l’ouvrage. L’Histoire ici contée est bien celle avec un grand H, même si c’est une vision légèrement onirique des faits. Même s’il est évident que le héros est magnifié, ce fils à l’allure androgyne que l’on imagine tout droit sorti d’un clip de Mylene Farmer n’en reste pas moins conforme dans sa toilette à ce qui se pratiquait à l’époque. Le trait fin et gracieux de Sakamoto offrant un contrat saisissant avec la froideur et la brutalité de cette tragédie.

Charles-Henri Sanson n’est certes pas le personnage qui vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on évoque la Révolution française. Néanmoins, en tant que témoin de cette époque il est très intéressant de  se pencher sur ce jeune homme tiraillé dans son travail et sa destinée. Un manga magistralement écrit et mis en images par un véritable artiste sachant transcender l’Histoire française.

Gwenaël JACQUET

« Innocent » T1 par Shin’ichi Sakamoto
Éditions Delcourt (7,99€) – ISBN : 978-2756070032

© 2013 Shin’ichi Sakamoto / Shueisha / Delcourt Manga

About Author /

2 Comments

  • nina
    5 ans ago Reply

    Merci pour ce bel article sur le 1er tome de Innocent, il le vaut bien. Récemment en regardant une histoire sur Danton, j’ai appris que c’était C Henri qui l’avait exécuté et demandé à ce que on montre sa tête au peuple parce qu’elle le valait bien.
    Est-ce que ‘autres critiques seront faites pour les volumes suivant? Innocent compte à ce jour 7 tomes.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Start typing and press Enter to search