Famille modèle et espion implacable…

La vie d’un espion, c’est d’abord obéir à son gouvernement et accepter de sacrifier sa vie pour lui. Il faut souvent oublier toute velléité à vivre une vie classique, bien rangée avec femme et enfant. Sauf quand, justement, la mission est de se faire passer pour un bon père de famille, afin d’approcher une cible. Twilight, le meilleur espion du moment va devoir se trouver un enfant : ce qui est assez simple, car les orphelinats en sont remplis. Il va également devoir lui trouver une mère : ce qui est tout de suite plus compliqué, sauf quand celle-ci est également en mission et a besoin qu’un homme lui serve de couverture. Ce que ce trio ne sait pas, c’est qu’ils ont chacun un secret qu’il faut absolument cacher : l’un est donc espion, l’enfant est une télépathe qui lit les pensées des gens et sa jeune mère est une tueuse implacable et sacrément agile. Entre eux, leurs secrets sont heureusement bien gardés.

Avec une galerie de personnages aussi exubérants, il est évident que le scénario ne peut qu’être rempli de péripéties plus invraisemblables les unes que les autres. Et pourtant, ça marche ! Personne ne dévoile sa véritable nature et une bonne dose d’humour ponctue ces tranches de vie où le travail d’espion de Twilight est mis à rude épreuve. Si on devait rapprocher « Spy x Family » d’une autre série, ce serait indéniablement « Lupin Sansei » de Monkey Punch, plus connu en France dans sa version animée  : « Edgar de la cambriole ».

Ce qui est particulièrement amusant, c’est qu’ils sont tous les trois inadaptés à la vie de famille et jouent néanmoins le jeu pour tromper leur entourage. Ce simulacre marche à la perfection, tout en gardant une dose de suspense. Les tensions visibles par le lecteur, qui est au courant de tous les secrets, passent inaperçues par des tours de passe-passe et des explications tirées par les cheveux, mais plausibles. Si le dessin dynamique rend l’histoire agréable, c’est la force de son scénario et des enchaînements dans la mise en page qui donne une excellente fluidité au récit.

La couverture, calme et posée, avec ce personnage de Twilight assis qui lève juste le nez de son journal pour fixer le spectateur dans son complet parfaitement ajusté (avec des couleurs assez ternes, contrastant peu sur le fond vert sombre) ne présage pas du caractère déjanté et fort amusant de la série. Mais c’est un autre aspect de ce manga qui est mis en avant : savoir tromper les apparences, rester dans l’ombre et ne jamais dévoiler sa vraie nature, même si le pistolet mal caché dans sa main droite informe bien le lecteur sur le caractère dangereux de ce héros. La couverture du second tome, prévu en novembre, deux mois après la sortie du premier, mettra en avant le personnage enfantin en l’isolant sur un divan oscillant entre modernité et kitch des années soixante-dix. Elle ne montre que le côté enjoué de cette gamine aux capacités sensorielles décuplées. Bien évidemment, le troisième tome complétera la famille en présentant les capacités d’assassin de celle qui se fait appeler princesse Ibara.

Les trois premières couvertures mises bout à bout.

« Spy x Family » est réellement le plus gros succès de Tatsuya Endo. C’est d’ailleurs une sorte de prolongation de trois de ses histoires courtes sur le thème de l’espionnage publié dans le Jump Square: « Rengoku no Ashe », « Ishi ni usubeni, tetsu ni hoshi » et « I Spy ». Il est amusant de constater que cette œuvre de fiction se déroule dans des pays imaginaires même s’ils rappellent clairement l’Europe de l’Est. C’est avant tout un manga divertissant avec un sujet qui est loin d’être léger. Heureusement, rien de ce qui se passe n’est vraiment crédible et les situations sont toujours dédramatisées par des dialogues bien trouvés. C’est notamment le cas d’Anya, la jeune fille adoptée, qui apprend très vite à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Mais sa naïveté et son incompréhension des situations qui sont en inadéquation avec ce qu’elle lie dans les pensées des gens sont un des ressorts comiques particulièrement amusants dans la série.

Ce mélange de fantastique et d’aventure policières marche assez bien. C’est divertissant et très bien construit. Des thèmes finalement assez classiques qui vont parfaitement ensemble et qui devraient toucher un public assez large et aux goûts variés.

Illustration réalisée à l'occasion des 5,5 millions d'exemplaires vendus au japon. Un succès indéniable.

Gwenaël JACQUET

« Spy x Family » T1 par Tatsuya Endo
Éditions Kurokawa (6,90 €) – EAN : 9782380710243

About Author /

3 Comments

  • BARRE
    10 mois ago Reply

    Kurokawa est un éditeur de mangas qui font souvent « mouches »…

  • jim smith
    10 mois ago Reply

    Une petite erreur : un seul « L » à Family

    • Gilles Ratier
      10 mois ago Reply

      C’est corrigé, merci de nous l’avoir signalé !
      La rédaction

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Start typing and press Enter to search